5 erreurs courantes lors de l'utilisation de la musique avec votre Kamishibaï - Le blog de la Communauté Kamishibaï
5 erreurs courantes lors de l'utilisation de la musique avec votre Kamishibaï

5 erreurs courantes lors de l'utilisation de la musique avec votre Kamishibaï

Vous avez sûrement déjà découvert l'univers magique qui s'ouvre lorsque vous utilisez la musique et les sons dans vos histoires Kamishibai. C'est presque une autre histoire, n'est-ce pas ? Mais attention ! Il y a cinq erreurs à éviter à tout prix si vous ne voulez pas que la musique, plutôt que d'améliorer vos histoires, les plonge dans les profondeurs de l'océan. Musique, maîtres !

Bonjour, chère gaitos kamishibaiya ! Aujourd'hui, je viens vous parler des cinq erreurs les plus courantes que l'on commet lorsqu'on intègre de la musique dans une narration Kamishibaï. Certains d'entre eux, dont vous ne saviez probablement même pas qu'ils pouvaient être considérés comme des erreurs. Mais croyez-moi, une fois que vous les aurez détectés et corrigés (si vous les faites), votre récit en musique sera automatiquement une petite expérience inoubliable. Mais un moment...

Et vous... qui êtes-vous pour en parler ?

...vous vous demandez peut-être. Eh bien, certains d'entre vous ont déjà entendu parler de moi, certains ne me connaissent peut-être que par ouï-dire et certains ne savent peut-être rien du tout de moi.

Je m'appelle Iñaki Rubio et je suis compositeur de musique de film. Plus précisément, ma spécialité consiste à intégrer la musique et le son dans une histoire, qu'il s'agisse d'un film, d'une pièce de théâtre, d'un jeu vidéo ou, dans ce cas, d'une histoire de KamishibaI.

Depuis plus de 5 ans, je compose de la musique et des sons pour les Histoires Kamishibaï PRO (A3). Cela peut signifier beaucoup ou rien, mais il est vrai qu'au cours de ces années, j'ai vu comment de plus en plus de gaitos kamishibaiya sont encouragées à intégrer la musique et les sons dans leurs histoires. Parfois avec un énorme succès. Et d'autres fois... disons pas tant que ça. :)

En tout cas, j'ai détecté une série d'erreurs qui peuvent être facilement corrigées et que je veux partager avec vous. Est-ce que cela rappelle quelque chose ?

Erreur #1 : Placer le haut-parleur n'importe où.

Fantastique. Nous avons investi beaucoup d'efforts pour créer le cadre parfait pour nos récits. La table sur laquelle nous avons placé notre butaï est recouverte d'un beau tissu jusqu'au sol. Derrière nous, il y a un fond neutre et l'éclairage de la pièce est assuré. Non seulement cela, mais cette fois nous avons décidé d'intégrer la musique et les sons dans nos récits. Nous allons réussir !

Mais il s'avère que nous avons placé notre haut-parleur Bluetooth sur une étagère devant nous, en hauteur, pour que personne n'y touche. Regardez, si même au milieu de ces livres, ça a l'air joli.

Oh, erreur !

Nous avons transformé notre objectif d'immersion en un désastre de distraction. Il est inutile que notre voix sorte d'un endroit et que la musique sorte d'un autre. Surtout si la musique et les sons atteignent le spectateur depuis un endroit où il ne regarde pas. Voici ce qui se passera : lorsque la musique retentira, tout le monde tournera la tête pour regarder le haut-parleur Bluetooth comme s'il s'agissait d'un totem ancestral. Et personne ne prêtera attention à votre narration.

Solution : placez toujours le haut-parleur Bluetooth derrière vous. Laissez la première chose qui atteint le spectateur est votre voix, puis la musique et les sons. Le son voyage à la même vitesse quel que soit le timbre de votre voix, il n'y a pas d'erreur possible. Dans les oreilles du spectateur, le mélange sera parfait et votre voix sera toujours la chose la plus importante.

En outre, il cache autant que possible le locuteur aux yeux du spectateur. Mais... Attention ! Essayez de garder l'avant de l'orateur aussi dégagé que possible, sans obstacles. Pensez-y comme à une bouche : si elle est couverte, elle sonnera mal ou sera sans éclat, et elle n'exprimera pas avec définition ce qu'elle veut dire.

Erreur #2 : Ne pas avoir le contrôle du volume à proximité.

Nous sommes maintenant prêts pour notre récit musical. Nous avons même fait une vérification du son, pour qu'il ne soit pas trop fort. Oui, c'est le volume parfait. Que le spectacle commence !

Il se trouve que nous avons commencé et... Oh non ! La musique est parfois très forte. Pas de problème, je parle plus fort - vous dites -, on m'a toujours dit que j'avais une très bonne voix. D'ailleurs, je ne veux pas me laisser distraire par cela maintenant, l'important est de consacrer tout mon cœur à la narration. Je préfère ne pas jouer le volume, que j'ai déjà testé et qui sonnait bien. Ce n'est pas si important.

Oh, erreur !

Le volume de votre voix et de la musique et des sons que vous utilisez est un élément fondamental de votre narration. Avec le bon volume de tous les éléments à chaque moment de l'histoire, non seulement nous en favorisons la compréhension, mais nous ajoutons des couches de sens et de nuances à notre représentation, qui autrement serait plus plate et plus ennuyeuse qu'une planche à repasser.

Solution : gardez le contrôle du volume de votre lecteur à portée de main. Que vous pouvez monter et baisser le volume presque sans regarder. Et bien sûr, qu'il n'est pas nécessaire de se déplacer pour le faire.

L'idée est que les volumes soient dynamiques, adaptés à chaque moment, et que vous jouiez avec eux à votre avantage. Si vous terminez la narration et que vous n'avez pas du tout touché au volume, demandez-vous si c'était un succès ou si vous n'avez même pas fait attention à ce qui se passait.

Erreur #3 : utilisation d'un lecteur qui prend mille ans pour changer de piste musicale.

- Hé ! Nous allons commencer. Dois-je leur dire d'entrer ?

- Attendez une seconde, je n'ai pas encore essayé la musique. Eh bien... Hé, on avait un lecteur de CD, non ? J'ai oublié de télécharger la musique de Spotify sur mon téléphone pour pouvoir la mettre hors ligne...

- Oui, voilà, je ne sais pas comment ça va se passer.

Super, dites-vous. Bien qu'il ait fallu un certain temps pour lire le CD, et quand vous changez de piste, l'appareil sonne comme s'il avait patiné sur la glace pendant un certain temps, mais, hé, au final... ça marche !

- Faites-les entrer !

Oh, erreur !

Le passage d'une musique ou d'une atmosphère sonore à une autre est l'un des moments les plus délicats d'une narration Kamishibai avec musique. Il doit y avoir le moins de temps possible entre le moment où vous donnez l'ordre de changer la piste musicale et le moment où votre lecteur effectue finalement le changement. Le silence qui est créé dans cet intervalle de temps, lorsqu'il n'est pas intentionnel, peut être très inconfortable, déconcertant, et peut faire que toute la magie créée soit brisée d'un seul coup et ne revienne jamais. Il en va de même pour le temps que vous investissez pour placer les planches à l'arrière du théâtre, comme nous l'avons vu dans notre article Comment raconter l'histoire Kamishibai "Le Chat Soleil" (avec musique).

Solution : utilisez un lecteur rapide qui ne prend pas beaucoup de temps pour changer de piste. L'idéal serait qu'elle soit totalement immédiate, sans aucun son de silence, du moment où vous dites "changez de piste musicale" jusqu'à ce qu'elle le fasse enfin. Si vous voulez utiliser la musique de Spotify, par exemple, mettez-la à disposition hors ligne pour ne pas avoir à vous fier à votre connexion de données.

Le but est de créer le moins de distraction possible pour votre public et votre lecteur de musique, donc utilisez toujours le mode avion (s'il en a un) autant que possible et débarrassez-vous de toutes ces notifications qui peuvent détourner Spotify au milieu de votre histoire.

Erreur #4 : Changement de musique au mauvais moment.

L'une des premières choses que je décide en tant que compositeur lorsque je crée la musique d'une histoire de Kamishibaï est de savoir où passer à la piste musicale suivante et pourquoi à cet endroit et pas à un autre. Bien avant que je ne m'assoie pour composer un thème principal ou concevoir un paysage sonore.

Très tôt, lorsque j'ai commencé à composer pour Kamishibai, j'ai examiné de près les détails du récit de l'histoire, en faisant semblant que la musique suivrait de près la structure dramatique avec un script musical propre, jouant pour ou contre la structure, et reflétant l'action ou l'émotion à tout moment... « Voilà un boom, splash, bang, ça va être génial ! » Oh... Cela, qui peut être génial pour un film ou un jeu vidéo, est totalement déplacé dans un narration Kamishibai. Alors maintenant, je le dis moi-même :

Oh, erreur !

Il est important de considérer le Kamishibai comme une technique à mi-chemin entre le théâtre et le cinéma. Mais ce n'est ni l'un ni l'autre, c'est pourquoi c'est si spécial. Ainsi, la musique ou l'ambiance sonore, bien qu'elle doive avoir un grand rapport avec l'histoire, ne peut pas changer au moment qui nous semble le meilleur, mais au moment le plus pratique et le plus simple pour le narrateur.

Solution : Le moment le plus approprié est généralement, que cela me plaise ou non, de changer de piste à la fin de la planche. C'est-à-dire une fois que le gaito est libéré de la narration de la planche visionnée et qu'il est prêt à passer à la suivante.

Le défi en tant que musicien (et je vous le dis juste au cas où vous choisiriez de la musique pour un Kamishibaï ou même de travailler avec des musiciens en direct) vient quand il s'agit de créer ou de choisir le contenu sonore pour la planche devant nous. Elle doit l'englober dans sa totalité, et non dans ses détails. Sinon, nous donnerons le vertige au narrateur. Dans certaines histoires, comme Pourquoi y a-t-il autant de cailloux au fond des rivières ? ou Petit poisson, petit poisson, j'en suis venu à composer une seule piste qui évolue sur plusieurs planches, non seulement parce qu'il était important d'unifier la narration des différentes planches à un moment donné, mais aussi pour que le narrateur se concentre sur l'histoire, la rende dynamique et ne l'arrête pas en devant changer de piste à un moment qui peut être très inapproprié. Rappelez-vous l'impact de l'erreur #3 sur notre public.

Quoi qu'il en soit, comme nous changeons toujours la planche après avoir appuyé sur le bouton de la piste suivante, je recommande ce que je fais, à savoir utiliser 4-5 secondes de musique et/ou de sons avant le développement de la piste elle-même, pour aider à présenter la prochaine planche et créer le climat approprié pour ce qui est à venir. Pendant que la nouvelle image prend vie, nous aidons le spectateur à oublier l'attente possible à cause de cette erreur #3. La musique de Maman Kangourou et sa poche est un bon exemple de cette technique :

Erreur #5 : Utiliser la musique comme fond ou ambiance.

À ce stade, vous pouvez abandonner et penser que la musique est meilleure pour les musiciens et ne jamais l'intégrer dans vos récits. Que ce soit une erreur ou non, vous seul pouvez le dire.

Vous pouvez aussi choisir votre propre musique, bien sûr ! Comme il combine bien cette chanson à faible volume pendant la narration, c'est si vivant, si beau, si magique... C'est tiré de la bande originale de Dragons, mais... qui le sait ? Bien sûr, en tant que musique de fond pendant le récit, c'est magnifique.

Oh, erreur !

Non, je ne suis pas du tout jaloux. Je pense vraiment que c'est une bonne idée d'utiliser une musique différente dans une histoire qui a déjà une musique que j'ai composée. Mais utiliser une musique de « fond », « pour créer une atmosphère » dans une histoire de Kamishibaï est directement contre-productif. Elle est distrayante, déroutante, souvent inutile et, de plus, elle altère le sens et la structure de votre histoire, toujours pour le pire.

Solution : supprimez l'expression « musique de fond » de votre vocabulaire. Parce que quand on parle comme ça, on part du principe que la musique va dans un sens et la narration dans un autre, et que sa seule fonction est de créer une ambiance. Améliorez votre conception de la musique et vous améliorerez votre représentation du Kamishibaï. Essayez-le. De plus, pour vous, une narration Kamishibai n'est pas seulement une « lecture», n'est-ce pas ?

Soyez un peu plus ambitieux et prétendez que la musique est intégrée dans l'histoire. Il ne suffit pas de mettre une histoire en musique, et certainement pas sur la même musique tout au long de l'histoire ! Utilisez différentes musiques et/ou ambiances sonores en fonction de la structure narrative de l'histoire, de ses personnages et de son action. Et ce sera exceptionnel si, ensemble, ils créent une sonorité unique.

Dans la dernière bande sonore de Kamishibai que j'ai composée, La Croix du Sud, j'ai essayé de faire en sorte que la musique nous emmène non seulement dans un monde passé où vivaient les Tehuelches (chasseurs-cueilleurs de l'ancien Chili), mais aussi qu'elle évolue avec l'histoire racontée. Pour ce faire, j'introduis des motifs musicaux liés à leurs personnages qui mutent en fonction de leurs aspirations, conflits ou résolutions. Pour vous donner un exemple, le thème lié à la célèbre constellation n'apparaît sous sa forme la plus mélodique qu'à la fin de l'histoire, lorsqu'il est déjà pleinement formé dans le ciel et que l'on comprend que grâce à lui on sait où se trouve le Sud. Mais, en plus, sa sonorité est basée à la fois sur le thème lié à la Grande Rhéa et sur celui de Korkoronke, dans un mélange des deux. On raconte donc musicalement que la Croix du Sud est née à cause de la marque que le Grand Rhéa a laissée dans le ciel lorsqu'il s'est échappé des boleadoras de Korkoronke, ce qui est l'explication donnée par les Tehuelches. Et la dernière couche de sens est ajoutée par son ton délibérément mélancolique et évocateur, puisque c'est Korkoronke, déjà un vieil homme, qui, en regardant la Croix du Sud, est heureux de ne pas avoir chassé un animal aussi magique.

D'accord, tout ça est très bien, mais... quel est l'intérêt de tout cela ? Juste que la musique est tellement intégrée dans votre histoire qu'elle semble incomplète sans elle.

Que la musique soit avec vous

Je sais, c'est une phrase cliché et, d'ailleurs, elle n'exprime pas exactement ce que nous avons l'intention de faire en intégrant la musique et le son dans nos récits, mais je n'en ai pas trouvé d'autre, je suis désolé.

Et vous ? Avez-vous détecté d'autres erreurs qui se répètent lorsque vous racontez des histoires du Kamishibaï avec de la musique ? Avez-vous des difficultés à l'utiliser ? Est-ce que vous le manquez dans une histoire en particulier ? Partagez-le avec les autres gaitos kamishibaiya en laissant un commentaire ci-dessous et je serai heureux de vous répondre !!

Et si vous avez trouvé quelque chose de valeur dans cet article, n'oubliez pas de le partager et de cliquer sur J'aime ça : votre reconnaissance est notre moteur pour continuer à répandre la magie du Kamishibaï.

Jusqu'à notre prochain article !

Posté le 25/09/2018 par Iñaki Rubio Kamishibaï PRO (A3), Ateliers de Kamishibaï 3 4860

Articles connexes

3 Commentaires

  • dara martinez san jorge

    dara martinez san jorge 05/10/2018

    Hola yo nunca me animé a meter música , como recomiendas hacerlo Y recomiendas hacerlo con el micrófono de voz también ,qué tipo de aparato reproductor o de qué forma consideras que es mejor meter la música y tu voz
    • Iñaki de Kamishibai Universe

      Iñaki de Kamishibai Universe 06/10/2018

      Es un poco intimidante, ¿verdad Dara? Sin embargo, con un poquillo de práctica, es mucho más fácil de lo que a priori parece.
      Quizá al principio sea una buena idea hacerlo de la manera más sencilla posible. Yo recomiendo utilizar un reproductor pequeño que tenga Bluetooth. Un teléfono móvil, por ejemplo, que todos tenemos uno. Pasar las pistas del CD a nuestro móvil es muy fácil, pero si no hay manera siempre podemos usar Spotify o Apple Music, ya que toda la música se encuentra también allí. YouTube no lo recomiendo porque es un poco lío de usar en directo y además es lento al cambiar de pista, pero también podría ser una posibilidad.
      El tipo de altavoz a usar dependerá sobre todo de dónde vayamos a hacer nuestras sesiones Kamishibai. Cuanto más publico tengamos y más grande sea la sala, más potencia necesitaremos en el sonido. Para espacios interiores tipo aulas, bibliotecas o similares y una audiencia de unas 20 personas, es suficiente con un pequeño altavoz Bluetooth (recuerda, siempre colocado detrás nuestra). De verdad que lo de no tener cables de ningún tipo es un puntazo a favor de la sencillez.
      Y con respecto a usar o no micrófono, pues todo va a depender de dónde vayamos a realizar nuestras sesiones Kamishibai. Normalmente es más efectivo buscar el lugar idóneo acústicamente para nuestras narraciones que microfonarnos. ¿Te interesa saber más sobre esto? Quizá sea una buena idea escribir un artículo sobre cómo elegir el mejor lugar de un espacio para que nuestras narraciones se ecuchen lo mejor posible. ¿Cómo lo ves?
      Aún así, si no nos queda otra porque el espacio tiene una acústica nefasta o tenemos una audiencia enorme, lo ideal es un micrófono de diadema o solapa (tipo lavalier) inalámbrico (es decir, con petaca). Si lo tenemos que sujetar con la mano, nos estaremos poniendo las cosas aún más difíciles (no quiero ni pensar en el show que hay que montar para pasar las láminas con un micrófono dinámico de mano). Sin embargo, aquí es donde nuestras necesidades de presupuesto y tiempo empiezan a crecer de manera exponencial: necesitaremos un sistema de sonido (o altavoz) que permita conectar al mismo tiempo un micrófono y nuestra música, habrá que estar pendiente de cómo suena todo en conjunto, deberemos ensayar más para habituarnos a tener micrófono... Mi opinión es que siempre que podamos prescindir de él, mejor.
      No sé si he resuelto tus dudas, pero te animo a que le des una oportunidad a integrar música en tus sesiones Kamishibai y me cuentes qué tal te ha ido. :)
  • Iñaki de Kamishibai Universe

    Iñaki de Kamishibai Universe 27/09/2018

    Venga, para que os animéis a comentar, aquí os dejo otro error común que no sale en el artículo:
    Error #6: Olvidar dar al botón Pause.
    Resulta que os venís arriba con una lámina, os liáis a improvisar y a interactuar con vuestro público, todo el mundo está encantado de la vida, pero, de repente, se empieza a reproducir el siguiente Track. A ver quién puede hablar sobre los pingüinos con una ballena sonando por nuestro altavoz.
    Solución: si vais a improvisar, aprovechad la larga coda de silencio que tienen todos los Tracks para darle al botón Pause. Pero ojo, antes de continuar con la narración, no olvidéis darle al botón Play!

Laisser un commentaireLaisser une réponse

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.
Pré
Sui

Aucun produit

To be determined Livraison
0,00 € Taxes
0,00 € Total

Passer à la caisse